Les filles au Moyen Âge d’Hubert VIEL

315063.300Premier article cinéphile sur le blog pour vous parler d’un film qui vaut vraiment le détour!

Les filles au Moyen-âge du jeune réalisateur Hubert Viel est un film français d’1h28 qui dénote du cinéma français actuel. Librement inspiré des livres de l’historienne Régine Pernoud, La femme au temps des cathédrales et Lumières du Moyen Age, le film commence à notre époque. Trois jolies petites filles boudent. Les garçons préfèrent jouer dans la chambre à un jeu vidéo sur le Moyen Age plutôt qu’aller s’amuser dans le jardin avec elles. C’est le grand père d’une des petites qui va prendre le relais et leur apprendre bien des choses sur cette période historique.
Alors que le jeu vidéo des garçons montre les femmes comme des princesses sans pouvoir et sans défense, servant de monnaie d’échange au joueur, le papi va leur expliquer que les femmes n’ont jamais été aussi puissantes que durant cette période tant décriée.
Grâce à l’avènement du christianisme et du symbole de Marie, mère de Dieu, les femmes ont une position de quasi déesses. Elles développent de nombreuses connaissances (théologie, botanique, musique, couture, médecine…) et ont la position dominante dans les rapports amoureux avec le règne de l’amour courtois. Le droit coutumier est en leur faveur.

Le Moyen Age défile devant nos yeux en noir et blanc dans un ensemble très théâtral. Les six enfants du début se partagent l’intégralité des rôles et les scènes sont soutenues par la voix off du grand père (Michael Lonsdale). L’ensemble est très frais, et on rit souvent.
Durant ce cours d’histoire pas comme les autres, on rencontre la courageuse Jeanne d’Arc et la géniale Hildegarde de Bingen. On apprend que la majorité légale était accordée plus tôt à la fille (12 ans, 14 ans pour le garçon) et qu’alors la jeune fille devenant femme pouvait choisir le mari qu’elle voulait et le métier qu’elle souhaitait exercer. On apprend également que ce sont les femmes qui ont inventés les hôpitaux publics et gratuits (les hôtel-Dieu) et qui veillaient à l’existence d’écoles publiques ouvertes à tous (enfants de paysans comme de chevaliers, filles comme garçons).

Mais derrière sa forme originale, il est évident que le film véhicule un message très fort car la fin de cet âge d’or de la place de la femme coïncide clairement avec l’avènement de la bourgeoisie, le développement du capitalisme et le début du mondialisme… Soit une grande claque aux idées reçues tant sur la condition féminine que sur cette période soit disant obscure du Moyen Age.

Ce film plaira autant aux férus d’Histoire qu’aux néo-féministes, mais pas que. Selon moi, tout sympathisant E&R devrait voir ce film car il vient agréablement compléter les livres Kontre Kulture tels que le livre sur le féminisme de Lucie Choffey ou les livres d’Histoire de Marion Sigaut.
L’esprit malade que je suis n’a pas pu d’ailleurs s’empêcher de remarquer que le film était dédié à une certaine « Marion S. » A bon entendeur…

Voici la Bande Annonce officielle du film :

Actuellement en salle à Paris et dans quelques villes de province, il n’est pas encore, à ma connaissance, diffusé en Champagne Ardenne. C’est pourquoi, si vous souhaitez le voir, il ne faut pas hésiter à le réclamer auprès du cinéma de votre ville…

Marie.


A LIRE CHEZ KONTRE KULTURE :

La chasse aux sorcières et l’Inquisition de Marion Sigaut 12 euros

L’effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey (15 euros)

sigaut_0feminisme

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma et TV, Histoire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s